Les origines

Ce fut pendant la célébration de l’évêque de Barcelone Berengario di Palou (1212-1241), que la Vierge Marie apparut miraculeusement aux yeux de Saint Pierre Nolasque, le 2 Août 1218. Le 10 du même mois, l’ordre de Notre-Dame de la Merci fut créé avec la participation du roi d’Aragon Jacques Ier, de l’évêque Berengario di Palou et de Raimodo di Peñafort. L’ordre fut officiellement établi entre le 1222 et le 1228 avec l’objectif de libérer les prisonniers chrétiens devenus esclaves des musulmans. Il adopta l’écusson avec la croix argentée sur fond rouge de la cathédrale et les quatre barres d’Aragon.

En 1265, la branche féminine de l’ordre se créa avec sa fondatrice Sainte-Marie de Cervellón (1230-1290) dont les obsèques reposent dans l’église de la Mercé. Le premier temple en style gothique fut édifié en 1267. En 1380, le roi Pierre IV offrit l’urne où reposent les restes de Sainte-Marie de Cervellón. Une terrible plaie de locustes dévasta Barcelone en 1687 et le conseil des Cent invoqua la protection de la Vierge de la Mercé, la proclamant souveraine de la ville, le 25 septembre. La plaie s’affaiblit l’année suivante et termina le 15 septembre 1688.
 

 

Le XIXe siècle

Avant de devenir le monument actuel en style baroque tardif, l’église de la Mercé passa par différentes phases de restructuration, en commençant par un style roman tardif ou gothique primitif, pour passer à un style pleinement gothique jusqu’à disparaître après une démolition pour ê reconstruite en style baroque, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Tout au long du XIXe siècle, plusieurs vicissitudes détruisirent la décoration de l’édifice. Le 2 août 1868, Pape Pie IX (Giovanni Maria Mastai Ferretti, 1846-1878) proclama la Vierge de la Mercé souveraine du diocèse de Barcelone.



Le XXe siècle

Le 24 septembre 1918 se célébra le VIIème centenaire de l’apparition de la Sainte vierge à Saint Pierre Nolasque, à Raimodo di Peñafort et au roi Jacques Ier et en cette occasion, le Pape Benoit XV (Giacomo della Chiesa, 1914-1922) attribua à l’église de la Merci le titre de Basilique mineure.

La destruction en 1936

La terrible destruction de juillet 1936 arriva. Tout ce qui se passa dans l’église a été décrit, point par point, par monsieur José Sanabre, archiviste du diocèse de Barcelone.

Le père Luis Pelegrí Nicolás, bénéficiaire de l’église et martyrisé pour cette raison le 29 mars 1937, proposa de reprendre l’image gothique. Après s’être aperçu de comment l’image résultait, il demanda l’aide d’une famille de la paroisse qui avait de bons rapports avec le conseiller du gouvernement de Catalogne. Le groupe, dans une fourgonnette, bougea vers l’église avec le prétexte de récupérer le coffre-fort avec les bijoux de la Vierge. Une fois la maison vidée, ils allèrent vers le presbytère et passèrent devant l’image tombée à côte de l’autel, M.lle Coll suggéra de prendre aussi cet objet d’art.



L’image fut déposée dans la fourgonnette et recouverte intentionnellement avec un drap par M.lle Coll. Ils allèrent donc vers le Palais Général Capitanía. Une fois dans le patio central, ils transportèrent et cachèrent l’image de la Vierge dans une pièce au-dessous d’une grande échelle où étaient rangés les ustensiles pour le ménage et les restes de Sainte-Marie de Cervellón.

Le gardien du Palais surveilla les objets sacrés pour deux mois. Le 28 septembre 1936, on ordonna de déplacer l’image et le tombeau de Sainte-Marie de Cervellón au musée du Palais National de Montjuïc où ils furent restaurés. Après le déplacement, le corps de Sainte-Marie de Cervellón fut laissé au Palais Capitanía. L’architecte Josep Francesc Ràfols Fontanals s’en appropria et le cacha chex lui jusqu’à la fin du 1939. L’église de la Mercé fut abandonnée, présentant un aspect désert.

La reconstruction

Une fois la guerre finie, le processus de restauration commença immédiatement avec l’aide des Capitaines généraux Álvarez Arenas, Orgaz et Kindelán. Entre 1939 et 1947, le sol de la nef fut reconstruit, ainsi comme les autels latéraux, les sacristies et la chapelle du Saint-Sacrement.

En 1956, la nouvelle image de la Vierge fut placée dans la partie haute de la coupole, vu que la précédente avait été démolie au début de la guerre civile. Pendant les travaux de restauration, en 1942, on trouva une image en poterie de la Vierge dans le tympan de l’église gothique. Elle fut portée au musée diocésain.


Derniers actes de l’église

Le 26 juillet 1964 l’évêque de Barcelone, Gregorio Modrego Casáus, créa la confrérie de Notre-Dame de la Merci et au cours de la même année, les ornements de l’image furent enlevés pour en permettre la contemplation ainsi comme la sculpta Pedro Moragas au XIVe siècle. Le 22 février 1976, les rois d’Espagne visitèrent la Basilique et le 7 juillet 19814 le recteur mourra sans voir la nouvelle place de la Mercé devant la façade principale, derrière les ruines d’un bloc de maisons. Le 21 janvier 1992, les premières dames de la confrérie de Notre-Dame de la Merci reçurent la médaille.
 

L’église de la Mercé

L’église de la Mercé est un clair exemple de l’architecture du XVIIIe siècle avec des caractéristiques fortement classiques. Son architecte José Mas Dordal s’inspira au style classique français. La coupole est œuvre de Juan Martorell, année 1888; la structure intérieure de la basilique garde l’architecture originale, à l’exception des décorations, vu qu’il fut nécessaire refaire les autels à partir de 1939.

L’autel majeur se trouve au-dessus de l’ouverture de la coupole et tout le presbytère est recouvert de marbres de différentes couleurs. À droite du presbytère se trouve l’autel de Sainte-Marie de Cervellón et à gauche celui de Saint Pierre Nolasque. L’accès à la coupole est possible à travers une porte située à gauche de la croisée du transept. La dévotion des Barcelonais pour la Vierge de la Mercé a été intense et constante et des milliers de fidèles viennent de Barcelone et de tout autre endroit de la Catalogne, de l’Espagne et de l’Amérique pour visiter la Basilique et prier la Vierge de la Mercé.

Le 24 septembre, la capacité des lieux est absolument insuffisante pour accueillir la foule qui se rend au temple. La Fiesta Mayor de Barcelone est précisément la Fête de la Mercé et la messe dans la Basilique en est l’acte capital.

Barcelone, Vendredi 20 mars 1992, Joan Bassegoda Nonell,

de la confrérie de la Vierge de la Mercé.


Archive historique de la Basilique